Cycle 2017 – Séminaire de recherche avec Miguel BENASAYAG : agir et comprendre dans l’époque … Reviewed by Enora Menard on . L’animation sociale et le travail lié à l’Éducation populaire n’échappent pas aux très importantes mutations anthropologiques et écologiques que les nouvelles t L’animation sociale et le travail lié à l’Éducation populaire n’échappent pas aux très importantes mutations anthropologiques et écologiques que les nouvelles t Rating: 0

Cycle 2017 – Séminaire de recherche avec Miguel BENASAYAG : agir et comprendre dans l’époque …

L’animation sociale et le travail lié à l’Éducation populaire n’échappent pas aux très importantes mutations anthropologiques et écologiques que les nouvelles technologies ont inaugurées. Le problème qui se présente dans le quotidien le plus immédiat pour l’animateur éducateur social n’est pas compréhensible sans la possibilité par celui-ci de comprendre le contexte des grands changements que vivent nos sociétés. A l’impuissance et la souffrance ressenties par des populations face à un monde de plus en plus complexe, l’acteur social doit pouvoir offrir des réponses qui tiennent compte de cette complexité.

Démarche

Dans la continuité de la réflexion portée en 2015/2016 par la FRMJC Ile-de-France avec le cycle de conférences de Miguel Benasayag, nous mettons en place un séminaire qui propose d’allier recherche et analyse de pratiques avec des apports théoriques.
Un lundi soir par mois, les groupes de travail (acteurs de MJC, autres acteurs sociaux, chercheurs, artistes, enseignants, autres représentants de la société civile) se réuniront autour d’un travail de recherche, suivi d’une rencontre avec Miguel Benasayag et d’autres chercheurs.
Contenu

Notre hypothèse de travail est qu’une grande partie du malaise et du sentiment d’impuissance actuel est due au mode d’hybridation du vivant avec les nouvelles puissances du monde digital.

La fascination pour les nouveaux possibles éclipse la difficulté que nous avons à coloniser les nouvelles techniques qui, à leur tour, imposent à la culture et au vivant, leur rythme et leur finalité. Pour sortir de la fascination et de l’impuissance, la question est : comment développer des modes d’utilisation des techniques qui soient régulés par cette « finalité sans fin… », cette fondamentale « inutilité » propre à la vie et à la culture ?

Le séminaire se tient une soirée par mois et notre défi réside dans le désir de construire un lieu de théorisation et de production de pratiques. On invite ainsi les participants à une « écoute active », c’est-à-dire, tenter d’articuler le cours du séminaire avec leurs réalités et difficultés concrètes, que ce soit dans leur travail ou dans leurs liens sociaux.

Les thèmes abordés :

Les trois révolutions anthropologiques : langage, écriture, digitalisation.

Il s’agit de comprendre comment, dans les trois grandes ruptures qui sont d’énormes progrès pour l’humanité, celle-ci a été profondément modifiée dans un mouvement qu’on pourrait présenter comme une augmentation de puissance et un éloignement de soi.

 Le monde digital.

  • La construction de modèles mathématiques qui, lentement, petit à petit, prennent la place du réel en le déplaçant. Ou quand l’image devient plus réelle que l’objet représenté. Introduction à la nouvelle théorie de l’information.
  • La rupture en 1900 de la modernité vers la post ou hyper modernité, à partir d’exemples liés aux arts, aux sciences, à la sociologie et à l’histoire.

Organisme et artefact.

  • Les deux voies d’articulation de la technique au vivant et à la culture.
  • La conquête du vivant par l’artefact ou la colonisation de la technologie par le vivant et la culture.
  • Le lien social. Le lien avec l’autre, mais aussi avec l’écosystème, l’histoire, etc. Agir dans la complexité.

Les groupes de recherche s’organiseront autour de trois axes principaux :

1- Comment penser l’irrationnel dans la société et dans les vies individuelles, hors de l’illusion d’une rationalité triomphante ?

2- Les rapports artefacts/vie, artefacts/culture : vers une robotisation du vivant et de la culture…

3- Comment la rupture des liens sociaux, la naturalisation des injustices, les mécanismes de modification de la perception finissent par normaliser les situations de souffrance et les plus dures réalités de nos sociétés ?

Le séminaire est ouvert à tous et se déroulera un lundi soir par mois de 19h30 à 22h30 à : 

FRMJC-IdF
65 rue Voltaire 
93100 MONTREUIL

Liste des séances

  • En 2017 : les 6 et 27 mars, 24 avril et 22 mai 2017.

 

séminaire du 6 déc. 2016

Miguel Benasayag

IMG_miguel-300x300

Docteur en biologie, philosophe et psychanalyste, Miguel Benasayag est né en Argentine. Engagé dans la résistance contre la dictature militaire il est arrêté puis torturé, il passe quatre années en prison avant d’être libéré et d’émigrer en France. Professeur d’épistémologie et chercheur en anthropologie, Miguel Benasayag réfléchit inlassablement aux moyens de rester fidèle aux exigences de liberté et de solidarité. Il a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels :

  • Organismes et artefacts, La Découverte, 2010.
  • Le Mythe de l’individu, La Découverte, 1998.
  • Les Passions tristes. Souffrance psychique et crise sociale, avec Gérard Schmit, La Découverte, nouvelle édition 2006 (2003).
  • Clinique du mal être. La «psy» face aux nouvelles souffrances psychiques, avec Angélique del Rey, Paris, La Découverte, février 2015.

 

FRMJC-IdF, 65, rue Voltaire - 93100 Montreuil - 01 49 72 51 90

La FRMJC-IdF est affiliée à la Confédération des MJC de France.
Elle reçoit le soutien du Ministère des Droits des Femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports et de la Région Ile-de-France.

Retour en haut de la page