Ste Jeune’s Urban School : Cultures urbaines et Education populaire Reviewed by perrine on . La Maison des Jeunes et de la Culture de Ste Geneviève des Bois (MJC)    Créée en 1963, la Maison des Jeunes et de la Culture de Sainte-Geneviève-des-Bois La Maison des Jeunes et de la Culture de Ste Geneviève des Bois (MJC)    Créée en 1963, la Maison des Jeunes et de la Culture de Sainte-Geneviève-des-Bois Rating: 0

Ste Jeune’s Urban School : Cultures urbaines et Education populaire

La Maison des Jeunes et de la Culture de Ste Geneviève des Bois (MJC) 

 

Créée en 1963, la Maison des Jeunes et de la Culture de Sainte-Geneviève-des-Bois est une association loi 1901, à but non lucratif, intervenant dans la politique jeunesse et culturelle locale.

Située à Sainte Geneviève des Bois, à 25 kilomètres au sud de Paris, elle bénéficie d’équipements répartis sur tout le territoire de la ville, et s’adresse à un très large public. Son rayonnement dépasse les frontières de la commune et s’étale sur toute l’agglomération du Val d’Orge.

Avec plus de 550 adhérents, la MJC de Ste Geneviève des Bois propose un programme d’activités destiné aux enfants, adolescents, jeunes et adultes comme les arts plastiques, les arts créatifs, le théâtre, la photo, les danses orientales, la ludothèque……  Elle intervient dans différents champs : les loisirs culturel, la citoyenneté, le soutien à la parentalité, la formation et l’engagement des jeunes (service civique, tremplin citoyen, accueil de stagiaire), l’organisation de rencontres, d’échange et de débats.

Deux grands pôles ressortent du projet de la MJC : Ste Jeune’s Urban School et la ludothèque.

Présentation du dispositif Ste Jeune’s Urban School : 10 ans d’histoire

 

Créé en 2006 à l’initiative de la MJC et de la municipalité de Ste Geneviève des Bois, Ste Jeune’s Urban School (« Ecole de culture urbaine ») est un dispositif proposant aux jeunes et aux moins jeunes un programme d’activités et d’actions autour des arts urbains (danses Hip Hop, Break Dance, New style, Afro Dance, Street Art, Graffiti, Slam Poésie Urbaine, Musiques actuelles Rock……).

Les buts de « Ste Jeune’s Urban School » sont :

– de promouvoir et de faire découvrir toutes les formes d’expressions des cultures urbaines,

– de valoriser les démarches « positives », allant ainsi à l’encontre des idées reçues,

– d’améliorer ainsi les perceptions de ce mouvement.

A l’origine du projet, la MJC de Ste Geneviève des Bois devait relever un enjeu majeur : élargir son public composé majoritairement à l’époque d’adultes et d’enfants extérieurs à son environnement proche et  relancer ainsi son projet associatif.  La ville, principale partenaire, attendait de la MJC qu’elle réponde principalement aux besoins des jeunes de la ville et des habitants des quartiers populaires tout en conservant une ouverture aux autres quartiers de la ville.

Ste Jeune’s Urban School permet aujourd’hui à près de 300 enfants, préadolescents, adolescents et jeunes adultes de pratiquer une activité régulière.

La pratique des danses urbaines a pris une importance considérable : plus de 250 jeunes  pratiquent les danses urbaines au sein de la MJC ; de nombreux groupes et de nombreux jeunes ont atteint un bon niveau de performance,  ce qui fait de Ste Geneviève des Bois, une ville très active et reconnue sur ce domaine dans le département de l’Essonne et la Région Ile de France.

Ce dispositif organise de nombreuses actions (stages, conférences …), évènements (rencontres de danse, Battle, concours….), et projets (sorties culturelles, séjours..) permettant aux jeunes de s’épanouir et de se responsabiliser. Cette démarche favorise l’implication des jeunes et des bénévoles dans la vie de la ville, mais également à l’extérieur en les mettant ainsi en valeur, faisant d’eux des représentants de la ville et du quartier. Une moyenne de 14 groupes sont créés chaque année et se produisent  dans des lieux, villes et régions différentes. La MJC au travers du projet Ste Jeune’s participe pleinement à la dynamique départementale et régionale associative locale

Culture Hip Hop et évolution des pratiques culturelles

Contrairement aux clichés, la culture Hip Hop ne concernait pas uniquement les habitants issus des quartiers populaires mais s’étendait aussi aux enfants jeunes et adultes des quartiers pavillonnaires. Cette culture touchait également plusieurs générations allant des années 70′, 80′ à nos jours et cela se ressent au quotidien dans notre société. La culture Hip Hop est devenue de plus en plus présente dans le paysage culturel, dans la musique, la mode, le cinéma, mais aussi la publicité. Tous les secteurs y puisent désormais leur inspiration.

Les MJC ne pouvaient passer à côté d’un phénomène culturel qu’elles ont même accompagné durant ces 25 dernières années.

La culture Hip hop a très vite été très présente dans le projet de la MJC, la richesse de ses disciplines et de son histoire correspondant à l’intérêt des jeunes mais pas seulement. De plus, les valeurs positives de cette culture se retrouvaient complètement compatibles avec celles de l’Education populaire défendues par les MJC. Pendant plusieurs années, les différentes activités et actions présentées dans le cadre de ce dispositif ont enrichi pleinement la vie  de l’association et ont permis à la MJC de se développer et de gagner la reconnaissance des habitants et de ses partenaires. De tous les projets et activités proposés c’est de toute évidence avec les danses urbaines, Hip Hop, Break dance, New style, Danse Afro, que la MJC a obtenu le plus de résultats.

Ste Jeune’s Urban School, qui était au départ, une action destinée à un public 16/25 ans, s’est très rapidement élargie aux enfants et aux adultes, générations très ouvertes à ces formes de pratiques culturelles. Cela a été l’occasion pour de nombreux parents de choisir de soutenir la démarche de pratique de loisirs de leurs enfants par un engagement dans la vie et dans les projets de la MJC mais aussi en adhérant à ses valeurs.

Engagement, bénévolat et dynamique associative

Ste Jeune’s Urban School a donc relancé l’engagement de bénévoles. De nombreux habitants ont rejoint le staff de la MJC afin de participer à l’organisation des projets.  La richesse et la diversité de leurs profils culturels et sociaux ont provoqué une nouvelle dynamique qui a permis de produire et d’accompagner de nombreux projets tout en conservant la multidisciplinarité des activités et la dynamique intergénérationnelle des MJC.

Les activités et projets proposés par Ste Jeune’s Urban School complétaient parfaitement le programme d’activités de la MJC. La transversalité a été au cœur de la dynamique, les projets se mariant facilement avec les activités de Ste Jeune’s Urban School (Photo, Théâtre, Arts Plastiques, Poésie urbaine, Musiques actuelles).

La MJC a également élargi son réseau à l’extérieur de la ville. D’autres structures et associations ont utilisé cet outil et il est devenu naturel d’échanger autour de la danse Hip Hop et de partager à l’occasion de rencontres, de concours de Battle.

Aujourd’hui, il ne se passe pas un weekend sans qu’un groupe de la MJC ne se produise pas sur une scène locale, départementale, régionale, nationale et parfois internationale. Cette pratique culturelle apporte aux jeunes qui s’y impliquent, plaisir et ouverture vers les autres, vers le monde.

Développement et reconnaissance locale

Ste Jeune’s Urban School » est l’outil le plus pertinent trouvé par la MJC de Ste Geneviève des bois afin de permettre aux jeunes de s’épanouir de devenir autonomes et de se structurer. Le projet vient de célébrer ses onze années d’implication positives de la MJC dans les danses urbaines. Un développement continu au service de la ville et de ses habitants qui, depuis 2006, a proposé des activités épanouissantes et éducatives à plus de 3500 jeunes, enfants, adolescents et adultes.

Ce sont 53 évènements organisés, 2 festivals  dont le plus connus « House Of Crew », mais aussi Hip Hop Performance, Arts urbains au féminin, street artiste international, Hip Hop international sélections France…  soit plus de 20 000 personnes touchées.

Mais aussi, la formation de groupes et de danseurs professionnels de renom comme Inesteam, 9-1Pact Ostyle Crew,  No Pain No Gain,  Bana C4,  Back One,  Sisavan, Antonio Nvuani,  Ying Jim,  Yanis Boureghba,  Dibras Matonda,  Hiro Le Coq…  qui ont remporté de nombreux titres nationaux et internationaux, intégré les plus grandes écoles, compagnies ou labels et foulé les plus belles salles (Bercy, Zénith de Paris, d’Orléans, Palais des congrès, Opéra philharmonique de la Villette, Théâtre Chaillot, Hall de la Villette, Arène de Nîmes, complexe millénium de Las Vegas ….).

Avec ce projet la MJC accueille aussi de nombreux jeunes stagiaires ou volontaires engagés qui ont pu se former et construire à travers leur passion pour la danse, un projet professionnel qui leur permet aujourd’hui d’exercer un métier plaisant épanouissant et bien payé dans les secteurs de l’animation, l’enseignement artistique, l’événementiel, la création graphique ou musicale, le design, le journalisme, le marketing ou le cinéma …. D’autres ont choisi de poursuivre dans le milieu associatif ou de l’animation en créant leur propre structure ou en devenant eux-mêmes formateurs.

La dimension éducative du projet

Ste Jeune’s Urban School a réussi à décliner les valeurs issues de l’éducation populaire : accès à l’éducation et à l’épanouissement par la culture, structuration et autonomie, ouverture, lien social et mobilité géographique, éducation citoyenne, participative et solidaire.

Education et épanouissement par la culture

A travers Ste Jeune’s Urban School, la MJC a donc pu constater les effets positifs et éducatifs des cultures urbaines :

– elles favorisent la mixité, le lien social, la tolérance l’ouverture sur le monde, l’enrichissement personnel,

– elles participent à l’épanouissement individuel et collectif et à l’autonomie de la personne et permettent de structurer le jeune,

– elles permettent d’inculquer une rigueur, un sens de l’effort susceptible d’être mis en pratique dans d’autres domaines,

– elles développent l’ouverture vers l’autre ; de sexe, d’âge, d’origine, de culture ou de milieu social différent.

Cultures urbaines et vie associative

La pratique artistique dans un milieu associatif favorise chez le jeune :

– la compréhension des processus démocratiques par la pratique,

– l’implication dans une démarche de projet d’activité ou d’association.

Des symboles de réussites

Le programme Ste Jeune’s Urban School permet la création de groupes appelés « Crew ». La MJC accompagne les projets chorégraphiques et propose des ateliers permettant aux groupes de se préparer à la scène. Les groupes, ainsi constitués, se produisent à différentes occasions rencontres, concours,  Battle sur la ville et en dehors de la ville.

Cela a permis de produire de nombreux parcours de réussite par la danse. De nombreux groupes ou danseurs ont été couronnés ou titrés en France et à l’étranger et constituent un symbole de réussite positive pour les jeunes générations. De nombreux jeunes s’identifient  à ces parcours et choisissent d’emprunter le même chemin. Les groupes issus de ce programme sont très impliqués dans la vie de la cité et participent au grand moment de la vie locale (Fêtes carnavals, forums, festivals, animations,..).  Ils constituent ainsi une ressource précieuse et interviennent dans les écoles, centres de loisirs, maisons de retraite, centres spécialisés pour le handicap…. Cela favorise l’implication au service de l’intérêt général dans des actions relayant les grandes causes nationales telles que l’égalité femmes/hommes, filles/garçons, les droits des femmes, le handicap mental, l’aide alimentaire, les solidarités locales. Ainsi Ste Jeune’s Urban School ne se limite pas à l’expression artistique, mais s’implique fréquemment pour défendre des causes et être solidaire que ce soit la mobilisation contre la barbarie et l’enlèvement d’étudiantes au Nigéria, la solidarité avec les victimes de catastrophes naturelles en Haïti,  la collecte de fonds pour l’hôpital Panzi au Congo,  ou la solidarité avec les victimes des attentats de Paris.

De l’épanouissement personnel par la culture à l’engagement citoyen

Le programme Ste Jeune’s Urban School ne se limite pas à une démarche éducative et d’épanouissement personnel par la culture, il s’agit aussi d’un formidable vecteur d’éducation populaire. La vie associative permet la reconnaissance des aspirations culturelles des habitants et offre  les moyens de la développer.

L’enjeu des prochaines années est de redynamiser le dispositif en accentuant cette dimension participative et l’engagement citoyen. En développant les possibilités d’effectuer des parcours variés permettant aux jeunes de s’investir dans différents champs de la citoyenneté, de l’engagement associatif et de l’éducation populaire : bénévolat ponctuel, engagement associatif régulier, implication dans un projet d’atelier, participation aux instances décisionnaires ou participatives de la MJC, création d’associations… Nous cherchons à rendre possible un parcours allant de l’épanouissement à l’implication citoyenne et associative, menant ainsi vers l’autonomie et la prise de responsabilités.

Ce processus peut comporter plusieurs étapes :

– la première étape est l’implication dans un projet d’activité,

– la seconde est l’implication dans la vie de l’association et ses instances de décisions (engagement bénévole, conseil d’activité, conseil d’administration, bureau),

– ensuite peut arriver la création d’une nouvelle association composée de jeunes dirigeants associatifs ou l’implication dans la vie politique.

C’est pourquoi les membres du bureau de la MJC ont prévu la mise en place d’action de sensibilisation et d’information à la vie associative en direction des personnes inscrites sur le dispositif afin de favoriser la création de nouvelles associations.

Salah Belhocine, directeur de la MJC de Sainte Geneviève des Bois

FRMJC-IdF, 65, rue Voltaire - 93100 Montreuil - 01 49 72 51 90

La FRMJC-IdF est affiliée à la Confédération des MJC de France.
Elle reçoit le soutien du Ministère des Droits des Femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports et de la Région Ile-de-France.

Retour en haut de la page