Représentations “N’essuie jamais de larmes sans gants” et médiations autour des homosexualités et du VIH/SIDA dans l’est parisien – Collectif 18.3 Reviewed by on . La pièce... N'essuie jamais de larmes sans gantsCollectif 18.3 L'association Turbulences, associée au collectif des MJC de l’Est parisien, s'est liée au Centre La pièce... N'essuie jamais de larmes sans gantsCollectif 18.3 L'association Turbulences, associée au collectif des MJC de l’Est parisien, s'est liée au Centre Rating: 0

Représentations “N’essuie jamais de larmes sans gants” et médiations autour des homosexualités et du VIH/SIDA dans l’est parisien – Collectif 18.3

La pièce…

N’essuie jamais de larmes sans gants
Collectif 18.3

L’association Turbulences, associée au collectif des MJC de l’Est parisien, s’est liée au Centre d’art et de culture de la Ferme du Buisson pour proposer des représentations théâtrale de la pièce “N’essuie jamais de larmes sans gants”, adaptée du roman éponyme de Jonas Gardell, dans des lycées de Noisiel, Noisy-le-Grand, Torcy et Coulommiers.

La Ferme du Buisson se définit comme un lieu « dédié au spectacle vivant, au cinéma et aux arts visuels”, comme “un lieu de vie où les arts se croisent : théâtre, danse, cirque, musique, cinéma, expositions, débats, stages, festivals mais aussi transats, poules, abeilles et tables de jardin cohabitent tout au long de la saison.” 

Le Collectif 18.3 propose ainsi une adaptation théâtrale du roman “N’essuie jamais de larmes sans gants” (titre original : Torka aldrig tårar utan handskar) publié par Jonas Gardell en 2013. Ce roman dépeint l’apparition du VIH/SIDA en Suède au début des années 80 au travers d’une histoire d’amour entre deux jeunes garçons, Rasmus et Benjamin, issus de milieux sensiblement différents.

Médiations avec le public

N’essuie jamais de larmes sans gants
Collectif 18.3

Turbulences et la FRMJC-IdF ont ensuite co-animé avec le collectif 18.3 les échanges après la représentation.

Lors des sept représentations, les élèves étaient absorbé·e·s par le jeu des acteur·rice·s et par l’histoire qui se déroulait quelques mètres devant leurs yeux. Même si les moment d’échanges étaient marqués par une certaine retenue de la part des jeunes, celleux qui ont pris la parole ont évoqué des questionnements pluriels. Ces derniers tournaient plutôt autour du métier d’acteur·rice ou bien visaient à savoir si les acteurs jouant les protagonistes étaient eux-mêmes homosexuels. 

“Moi, personnellement, j’ai pas ressenti trop d’émotion en voyant la pièce. Comme c’est entre deux garçons j’ai du mal à m’y identifier” évoque un·e élève de seconde après la représentation. Là où certain·e·s ressentaient une relative distance entre les sujets abordés et leur propre expérience, d’autres étaient visiblement engagé·e·s, que ce soit sur le plan émotionnel que sur le plan intellectuel.

Ces interventions ont sans aucun doute contribuées à pallier la désinformation en matière de VIH/SIDA et à transmettre la mémoire des 40,1 millions de personnes qui en ont été victimes en Suède et ailleurs, et qui en sont de nos jours encore victimes.

Par dessus tout, l’apport de ces interventions théâtrales du collectif 18.3 réside dans le fait de faire exister dans les esprits des jeunes la question des liens historiques entre le VIH/SIDA et les homosexualités.

Si vous souhaitez vous aussi créer un espace de réflexion autour de ces enjeux grâce au Collectif 18.3, vous pouvez les contacter par mail : 18.3@orange.fr !

FRMJC-IdF, 9 Rue Philidor 75020 Paris - 06 95 54 61 65

La FRMJC-IdF est affiliée à la Confédération des MJC de France.
Elle reçoit le soutien du Ministère des Droits des Femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports et de la Région Ile-de-France.

Retour en haut de la page